20 juin 2019

Jean-Christophe Grangé a dit :

Jusqu'à douze ans, j'ai surtout voulu devenir dessinateur de bandes dessinées ! Puis je me suis mis à jouer du piano et j'ai cru que je serais musicien. Finalement, c'est l'écriture qui m'a choisi... plus que le contraire. Cela m'a pris du temps de réaliser que mon truc, c'était les mots. On me demande toujours d'où me viennent des idées aussi sombres. (...) L'honnêteté m'oblige à reconnaître que, si je suis dans la vie le plus pacifique des hommes, j'ai un imaginaire très noir, très violent. Ça remonte certainement à mon... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 07:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2019

Alejandro Jodorowsky a dit :

"Avant de faire de la bande dessinée, j'ai fait du cinéma (généralement, c'est le contraire), du théâtre, de la danse, des marionnettes, de la poésie. J'ai pratiqué tous les arts. Je me suis lancé dans la bande dessinée grâce à un film qui n'a pas pu se faire. C'était Dune, avec Moebius qui faisait le story-board. Tout le monde était très déçu, mais j'ai dit non, il n'y a pas d'échec. C'est juste un changement de chemin. J'ai dit à Moebius, « mes images sont en moi, faisons une bande dessinée », alors on a fait L'Incal. ... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2019

Caroline Lamarche a dit :

Le site de Caroline Lamarche - Photo de Francis Leboutte "J’ai toujours écrit des nouvelles, dans Nous sommes à la lisière, certaines ont trois ans, cinq ans, « Mensonge » a été écrite il y a plus de vingt ans et retravaillée. Malheureusement dans le monde francophone, il y a un désintérêt des éditeurs pour les nouvelles. Je me suis empêchée d’en écrire à un moment donné parce que personne n’en voulait. Or pour moi, cette forme permet plus de profondeur dans l’émotion que le roman, en étant plus... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2019

Mathias Malzieu a dit :

"L'envie d'écrire m'est venue en même temps que celle de faire de la musique ou du cinéma, mais quand j'écris, je suis seul à bord et cela me donne une liberté folle. Je suis à la fois le scénariste, le metteur en scène et tous les acteurs.  J'aime autant écouter de la musique ou  regarder un film que lire un livre, mais le roman a ceci d'incomparable et de supérieur qu'il vous oblige à être totalement présent, alors que vous pouvez écouter de la musique en faisant autre chose (l'amour ou la vaisselle). J'ai une admiration... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 avril 2019

Francesca Melandri a dit :

"Ecrire un roman n’est pas rédiger une décision de justice. La romancière a la liberté, et même le devoir, de décrire la complexité de l’âme humaine justement sous toutes ses facettes, avec toutes ses imperfections, sans nécessairement indiquer de façon univoque ce qui est bien et ce qui est mal. Ce sera plutôt, s’il le souhaite, le rôle du lecteur…  J’ai été très heureuse de voir que dans la réception de mon roman à l’étranger il ait été dit de façon aussi unanime que, bien qu’il s’agisse d’événements spécifiques de... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 06:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2019

Philippe Sollers a dit :

"La vie humaine ne prend toute sa signification qu’avec des singularités, et les singularités ont été beaucoup trop mises de côté par les conceptions ensemblistes du monde. Dès que j’entends « ensemble, tous ensemble », je me méfie. Il n’y a pas d’ensemble, il n’y a que des singularités. Mais on les range toujours dans des catégories : l’art moderne, la philosophie… Non, il faut du singulier, c’est ça qui sauve la vie. J’essaie de faire autant que possible des romans métaphysiques. C’est très simple, la métaphysique ! C’est la vie,... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2019

Michel Bussi a dit :

"Quand on est écrivain dans sa tête depuis l’âge de sept ans et qu’un jour on a la chance de pouvoir ne faire plus que ça, on devient complètement obsessionnel. Le seul truc qui compte c’est d’écrire, de faire sortir les histoires. Il y a ce côté un peu paradoxal de l’écrivain qui fait que lorsqu’il publie un livre, que ce livre se met à se vendre énormément, la tentation n’est pas de vider son compte en banque et d’aller passer une année au soleil, c’est plutôt de se remettre devant son ordinateur et de manger un sandwich le midi... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 06:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 février 2019

Jean Dutourd... ou Jules Renard ?

Il y a dans les propos que tient Dutourd sur la vie et la littérature beaucoup d'images concrètes, et un regard souvent pessimiste. "L'essentiel est de faire des livres. Non de noter beaucoup de petites idées sur beaucoup de petits papiers. Les livres réveillent les idées endormies. En général une idée notée est une idée perdue. En tout cas perdue pour l'oeuvre. Il ne faut pas s'amuser ; or c'est amusant de sacrifier une oeuvre à un journal." L'allusion dans le premier extrait que je vous recopie ci-dessus me semble claire. Bien... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2019

Jean Dutourd a dit (2) :

"RomanAller très vite au début, dans l'exposition, où on peut abréger tant qu'on veut sans crainte de paraître sommaire, puisqu'on met les choses en place. Aller très vite à la fin, puisque tout s'emboîte automatiquement. C'est dans l'entre deux qu'il faut être lent et détaillé, pour ne pas paraître long. Quand j'écris un livre, je m'y promène comme dans une forêt très touffue, avec des spectacles imprévus, des correspondances bizarres, des chansons d'oiseaux qui viennent des buissons, des choses qui s'expliquent chemin faisant,... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2019

Jean Dutourd a dit (1) :

"J'ai beaucoup de mérite à pardonner aux grands écrivains d'avoir dit parfaitement ce que je pensais ou sentais moi-même, et que je n'étais pas parvenu encore à exprimer. Quand j'étais très jeune et que ma vocation n'était pas encore très ferme, je me réjouissais au contraire de trouver chez un auteur ce qui m'était si personnel. J'en concluais qu'il n'était pas nécessaire d'écrire, parce que tout avait été dit, même ce qui m'était le plus précieux. Un artiste commence à se parler à lui-même ; c'est-à-dire qu'il s'adresse au... [Lire la suite]
Posté par JNLEBLANC à 05:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]