Le blog de Jean-Noël LEBLANC

23 mai 2018

Le "Vessel", des escaliers géants à New York !

NY+

New York +  ! 

Le nouveau "Vaisseau" de Manhattan !

Ce projet grandiose a été dévoilé en 2016 : c'est l'architecte designer anglais Thomas Heatherwick, qui l'a conçu pour un nouveau quartier de Manhattan, Hudson Yards.

La structure de 15 étages a été inspirée par les puits à escaliers indiens, et ressemblera à ceci :

 © Thomas Heatherwick

heatherwick news stories 15397

Cet escalier géant aux allures de ruche me fait aussi penser aux escaliers de l'internat de Poudlard ou au dédale de la bibliothèque du Nom de la rose. Mais on devrait moins s'y égarer, malgré les 2500 marches dans tous les sens...

Heatherwick imagine que son "Vaisseau" deviendra l'image iconique de New York, comme la tour Eiffel pour Paris.

Bon, faut qu'on se programme un nouveau p'tit voyage en 2019 ou 2020 !

--------------------------------------------

Le dossier enthousiasmant, avec les plans, les maquettes, les vidéos du début de l'installation !...

  Heatherwick Studio | Design & Architecture | Vessel

Le site de l'architecte, reflet de l'incroyable inventivité de Thomas Heatherwick :

 Heatherwick Studio | Design & Architecture

Un article de février 2018, dans The New Yorker 

Posté par JNLEBLANC à 06:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 mai 2018

"La nouvelle orthographe en pratique" (par Dominique Dupriez)

Résultat de recherche d'images pour ""La nouvelle orthographe en pratique""

La nouvelle orthographe en pratique, c'est un livre de Dominique Dupriez, paru aux éditions De Boeck :

"D’où vient la nouvelle orthographe ? Quels en sont les principes ? Comment l’intégrer dans son enseignement ? Et, surtout, comment l’appliquer ?"

Ce livre très pratique en effet offre une synthèse expliquant toutes les rectifications. Dominique Dupriez s'appuie sur l'étymologie, les variations des mots au cours de l'histoire. Ses tableaux précis récapitulent les préconisations (l'ancienne orthographe et la nouvelle), un index alphabétique permet de rechercher et retrouver les mots concernés :

singulier ou pluriel, problèmes d'accents, simplification de graphies anciennes, soudure de mots composés (par exemple écrire désormais "néoconservateur", "néozélandais", "néolibéral", "portemonnaie" (comme portefeuille ou portemanteau), etc.)...

On apprend beaucoup, notamment dans la première partie, et on révise les mots, les sens.
Je recommande à tous les curieux !

Dominique Dupriez est agrégé en lettres, enseignant, il a déjà publié plusieurs livres sur l'orthographe rectifiée, dont La nouvelle orthographe expliquée à tous (Albin Michel, 2016) et La nouvelle orthographe en pratique : exercices et approches pédagogiques (De Boeck, 2013).

Et pour finir, sourions avec cette vidéo sur les débats de "l'orthographe et ses réformes" au fil des années... :

 

Posté par JNLEBLANC à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mai 2018

"Du côté de Fouilly-les-Oies" (chronique de Cinquante balais)

 Cinquante b p2

Cinquante balais - Accueil

L'actu et les pensées d'un quinqua.
C'est moi et ce n'est pas moi, 
c'est un 
type de 50 balais.

Dixième chronique :

Du côté de Fouilly les-Oies...

Bourvil bicyclette

A 50 balais, n'est-ce pas ? on n'a plus les jambes de ses 20 ans. Et je ne parle pas du galbe. 

Ça fait bien des décennies, justement, que je n'ai pas dû me coller les miches sur la selle dure d'un vélo. En ai-je pourtant fait, du biclou, dans ma tendre jeunesse ! Privé de mobylette à l'époque, c'est à bicyclette qu'on rejoignait les boums où nous attendaient la Flo, Pépé, Têtard ou Fabienne...

Puis, à ma majorité feignasse, j'ai délaissé le deux-roues pour caler quasi-définitivement mon prose dans une caisse à essence.

BH

Trente ans ont passé. Poulidor, Anquetil, Hinault ont été rayés des cadres et je n'encourage plus personne pendant le Tour de France. Alors, du jour au lendemain, retrouver les sensations du vélo, pour Bibi, c'est l'événement sportif de l'année. Mais avec au-dessus du moyeu, du moelleux, du soyeux ; sans les ahanements et la suée du milieu ou du haut de la côte. Désormais, à nous les biquignons , Fignon ! On est passé à l'ère moderne, avec batterie arrière...

Attention, lisez bien : on n'a pas enfourché un vélo électrique, faut pas croire que ça roule tout seul quand on appuie sur un bouton. Non, non : un vélo « à assistance électrique ». En gros, un coup de pédale équivaut à deux ou trois. Déjà pas mal, certes, mais le genou travaille, la cuisse et le mollet aussi. Venez tâter si vous ne me croyez, vous , les profanes de la bécane, les Saint-Thomas du faux-plat !

IMG_3451 c

Du coup, on a pu avaler nos trente bornes, bien peinards, le long du canal et sur la route du lapin. J'ai retrouvé mes 15 ans, mes 10 ans... J'ai salué poliment vaches et taureaux dans leur pré, étonnés de leur museau plus fumant que le mien - « Madame, Monsieur... », j'ai hélé plus hardiment d'autres jeunes bovidés mâchouillant – « Salut, les filles ! », j'ai revu des boutons d'or – «  Des boutons d'or ! Fais voir si t'aimes le beurre ? », et spontanément, j'ai tendu la jambe vers le fossé pour fouetter les hautes herbes de l'accotement tout en roulant : dans ma pré-adolescence, on appelait ça « jouer à la faucheuse »...

IMG_3326 c

Il nous restait trois kilomètres dans le pédalier. Au loin, l'orage qui grondait sur Decize nous a fait l'amitié de détourner le regard et nous sommes rentrés le poil toujours sec. Pour fêter ça, pas fatigué pour deux ronds, émoustillé par ce bon bol d'air et de jeunesse, j'ai de nouveau retrouvé mes jambes de 20 ans pour une ascension amoureuse... et sans assistance électrique, cette fois !

On s'abonne pour être informé de la suite avant tout le monde : 

Cinquante balais - Accueil

 

bernard+hinault+abeillez-vous+tour.jpg

 

Posté par JNLEBLANC à 07:03 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 mai 2018

Antonin Troubat, Antonio Almodovar, deux artistes en exposition :

Encore deux jours pour aller découvrir les oeuvres originales de deux jeunes artistes,

Antonin Troubat et Antonio Almodovar

rue Chaude, à Moulins-Engilbert.

Marie M 4
ANTONIN TROUBAT

Marie M 5
Antonio Almodovar

Posté par JNLEBLANC à 09:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2018

Expo photo, Jérôme Champagnat.

app photo

La nature, paysages et animaux en Nièvre, 

une exposition des photos
de Jérôme Champagnat

à partir d'aujourd'hui,

à la Bibliothèque de Saint-Léger des Vignes

ExpoChampagnat

Posté par JNLEBLANC à 06:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mai 2018

Un nouvel album pour Pierret Perret

coeur 1

Après 60 ans de carrière, plus de 500 chansons, Pierret prépare la sortie prochaine de son nouvel album. dans ce disque, une mise en musique de "Ma France à moi", un texte écrit après les attentats de janvier 2015.

Pierre Perret

Ma France à moi

C’est celle de 1789, une France qui se lève, celle qui conteste, qui refuse , la France qui proteste qui veut savoir, c’est la France joyeuse, curieuse et érudite, la France de Molière qui tant se battit contre l’hypocrisie, celle de La Fontaine celle de Stendhal, de Balzac, celle de Jaurès, celle de Victor Hugo et de Jules Vallès, la France de l’invention, des chercheurs, celle de Pasteur, celle de Denis Papin et de Pierre et Marie Curie, la France des lettres, celle de Chateaubriand, de Montaigne, la France de la Poésie, celle de Musset, d’Eluard, de Baudelaire, de Verlaine et celle d’ Aimé Césaire, la France qui combat tous les totalitarismes, tous les racismes, tous les intégrismes, l’obscurantisme et tout manichéisme, la France qui aime les mots, les mots doux, les mots d’amour, et aussi la liberté de dire des gros mots la France qui n’en finira jamais de détester le mot «soumission» et de choyer le mot révolte.

Oui ma France à moi c’est celle des poètes, des musiciens, celle d’Armstrong, celle de l’accordéon, celle des chansons douces, des chansons graves, des espiègles, des humoristiques, des moqueuses ou celles truffées de mots qui font rêver d’un amour que l’on n’osera jamais déclarer à celle qu’on aime.

Ma France à moi c’est celle de Picasso, de Cézanne et celle de Soulages, celle d’Ingres, celle de Rodin, la France des calembours, des «Bidochons», celle de la paillardise aussi bien que celle du «chant des partisans».

Ma France c’est celle de Daumier, celle de l’ «Assiette au beurre», du «Sapeur Camembert», celle de Chaval, celle de Cabu, de Gottlieb, de Siné, celle du «Canard», de «Fluide Glacial» et de «Charlie», drôles, insolents, libres !

Ma France, c’est aussi celle des dictées de Pivot celle de Klarsfeld et celle de Léopold Sedar Senghor, la France des «Enfants du Paradis» et des «Enfants du Veld ’hiv», celle de la mode libre, celle de la danse, des flirts et des câlins, celle de la musique douce et des rock déjantés, celle de la gourmandise, ma France à moi c’est une France capable de renvoyer dos à dos la Bible et le Coran s’il lui prend l’envie d’être athée.

Eh oui ! Ma France est une France libre, fraternelle et éternellement insoumise aux dictats de la «bienpensance».

Il n’est qu’en respectant toutes ces diversités qu’on arrive un jour à vivre la «douce France» de Trenet. Celle qui m’a toujours plu et que notre jeunesse lucide et combative fera perdurer par-delà les obscurantismes.
Figure révolutionnaire emblématique, le «Père Duchêne» écrivait au frontispice du journal qu’il publiait en 1793 : «La République ou la Mort !» Son journal coûtait 1 sou… mais on en avait pour son argent.

Signature de Pierre Perret

Ma France à moi | Pierre Perret

désormais, ce sera aussi une chanson

 

Posté par JNLEBLANC à 06:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mai 2018

Vive le théâtre !

Résultat de recherche d'images pour "masques theatre"Une année d'activités théâtrales résumée ci-dessous,
quand nos lycéens de 1ère STMG jouent aux spectateurs, puis aux acteurs.

De chouettes souvenirs !

théâtre STMG 14 05 2018
L'article du JDC, avec Perrine Vuilbert

Masques en photo réalisés par l'atelier Marega, à Venise !

Atelier Marega par AtelierMaregaMask sur Etsy

Posté par JNLEBLANC à 06:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 mai 2018

Boubakar Traoré et son blues africain :

coeur 1

Boubacar Traoré est un chanteur et guitariste rockeur, très connu dans le Mali des années 60 sous le nom de Karkar.

Redécouvert depuis peu, il a réalisé un disque liant l'Afrique à la Louisiane, couleur blues !

“Le moment qui m’a le plus plu en Louisiane, c’était un jour avant la fin de l’enregistrement : on a mangé, pris un café, tout le monde était gai. Quand les choses sont faites avec le cœur ouvert, la musique donne de la joie, elle fait passer les soucis.”

LesInrocks - Boubacar Traoré au croisement de la Louisiane et du Mali 

Posté par JNLEBLANC à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2018

"Black coffee", par Luci Yeghiazaryan et le Rick Savage Jazz 4Tet

Un_bon_caf_2

Notre "Café noir" du mois de mai, en live ! Au service aujourd'hui, Luci Yeghiazaryan accompagnée du Rick Savage Jazz 4Tet.

Un "Black coffee" puissant !

J'adore...

 

 

Posté par JNLEBLANC à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2018

Parfum d'Apollinaire...

Marc Lavoine a déjà chanté "Le pont Mirabeau" :

Dans cet autre titre, un nouveau parfum d'Apollinaire :

Posté par JNLEBLANC à 06:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 mai 2018

Pouet Pouet !... (chronique de Cinquante balais)

Cinquante b p2

Cinquante balais - Accueil

L'actu et les pensées d'un quinqua.
C'est moi et ce n'est pas moi, 
c'est un 
type de 50 balais.

Neuvième chronique :

Utile - Futile 

pouet pouet

« Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. » Allez, l'est pas de moi, cette prose parallèle souffrant d'égotisme, c'est de Ja-Jacques Crousseau – comme l'approximativent mes élèves.

Futile ! Le projet que je mène depuis quelques semaines (adoncques ces chroniques aléatoirement régulières) n'aura aucun effet sur les misères des étudiants, le réchauffement climatique, la courbe du chômage, le statut des cheminots ou le sort des migrants. Mais j'aime à croire qu'il ne les aggravera pas non plus. 

Futile ! Donc, il s'agirait de causer de ce type de cinquante balais, de son delirium trèsépais, en gros des Mémoires d'un nombril.

Qu'est-ce que vous pensez du titre ?

Ou alors Les Confessions d'un Quinqua.

Cinquante ans, la crise (de rire) !

Cinquante balais, et tous ses poils... (pas de blague sur le manche). 

marc aurele

Futile ? Croyez bien que je me désole sincèrement des horreurs mondiales et locales, que je tente aussi de soulager les misères de mes contemporains, de mes voisins, l'inconfort de certaines familles et les ravages écologiques subis par notre planète, et que si c'était possible, j'agirais davantage, sans exhortations, sans imprécations. Marc-Aurèle, Montaigne, Gottlib n'étaient pas des donneurs de leçon. 

Utile ? Rien n'est plus utile que de continuer à vivre, toi, moi, les zautres, le moins mal possible pour ceux qui nous entourent, de près ou de loin, et de contribuer du mieux que l'on peut, sans trop insister sur notre impuissance à endiguer la totalité des avanies de ce globe populeux.

Belmondo clown

Utile. De parfois s'affubler d'un nez rouge – pour dissimuler son pif déjà rubicond d'alcool ou de chagrin.

Et pour le reste :

Pouet Pouet.

 

On s'abonne pour être informé de la suite avant tout le monde : 

Cinquante balais - Accueil 

Posté par JNLEBLANC à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2018

"Tellement français - Paris, Gare de Lyon, 15 avril" (photo de Marc Combier)

Marc_ombier

 "La Gare de Lyon à Paris le 15 avril,

jour de départ en vacances

et lendemain d'un jour de grève.

Coïncidence ou opportunité ?..."

 

Au mois prochain,

Marc Combier,
photographe et auteur.
"

Ma photo de mai 2018

 

Retrouvez cette photo avec les précédentes "Photos du mois" de Marc Combier sur son blog :

Marc Combier, photographe

Posté par JNLEBLANC à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2018

Célébrons la poésie !

Poésie 3

Nous célébrons aujourd'hui la poésie au lycée Maurice-Genevoix.
Dans le cadre du "Printemps (tardif) des poètes", des lectrices de Lire sous les Halles viendront toute la journée rencontrer nos classes et leur faire découvrir des textes, des chansons.

Vive la poésie !

Posté par JNLEBLANC à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2018

Dernières perles de souvenirs du salon Littér'Halles...

Journées Littér'Halles Fauteuil 2018

Encore de chouettes souvenirs qui reviennent, entre sourires et mots de Sylvie Dubin, Maryline Martin...

Déjà de nombreux rires à la lecture des livres de nos académiciens !

Image associéeAutre souvenir, grâce au reportage diffusé sur France3 Bourgogne, à retrouver pendant quelques jours encore :

Journées Littér'Halles 2018-1920 Bourgogne.mp4

Heureux de voir le professeur Rollin en forme au bout de ces deux journées, avec le sourire.
"A l'Académie Alphonse Allais, j'ai retrouvé une nouvelle famille", a-t-il confié lors de la remise du prix Obaldia.

FR
Faut rien lâcher, professeur !

Enfin, un dernier souvenir personnel, trouvé sur le site des Amis d'Alphonse Allais (joliment nommé La "Boiteallais"), la photo de ma rencontre avec René de Obaldia. Nous avons parlé de ses poèmes pour enfants, pendant qu'il me signait un exemplaire de ses Nouveaux impromptus :

ROB JN

 

Événements Allaisiens, Intronisations, Cérémonie des Alphonses, Académie

Un grand merci, car ce souvenir visuel me manquait !

 

Posté par JNLEBLANC à 08:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 mai 2018

"Le train de ma vie" (Sagesse)

quenzaUne amie m'a récemment envoyé ce texte, retrouvé ensuite illustré sur le blog de l'artiste Georges Moyses :

 

 "Le train de ma vie

A la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos Parents.

On croit qu'ils voyageront toujours avec nous.

Pourtant, à une station, nos Parents descendront du train,
nous laissant seuls continuer le voyage.

Au fur et à mesure que le temps passe,
d'autres personnes montent dans le train.

Et elles seront importantes :
notre fratrie, nos amis, nos enfants, même l'amour de notre vie.

Beaucoup démissionneront (même éventuellement l'amour de notre vie),
et laisseront un vide plus ou moins grand.

D'autres seront si discrets qu'on ne réalisera pas qu'ils ont quitté leurs sièges.

Ce voyage en train sera plein de joies, de peines,
d'attentes, de bonjours, d’au revoir et d'adieux.

Le succès est d'avoir de bonnes relations avec tous les passagers
pourvu qu'on donne le meilleur de nous-mêmes.

On ne sait pas à quelle station nous descendrons,
donc vivons heureux, aimons et pardonnons.

Il est important de le faire car lorsque nous descendrons du train,
nous ne devrons laisser que de beaux souvenirs à ceux qui continueront leur voyage.

Soyons heureux avec ce que nous avons
et remercions le ciel de ce voyage fantastique.

Aussi, merci d'être un des passagers de mon train.

Et si je dois descendre à la prochaine station,
je suis content d'avoir fait un bout de chemin avec vous.

Je veux dire à chaque personne qui lira ce texte
que je vous remercie d'être dans ma vie
et de voyager dans mon train."

 

Et mon amie conclut :
Joli message à partager...
avec tous les passagers de votre train.

Posté par JNLEBLANC à 06:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]