valiseUn deuxième jour de Vacances formidables à New York très riche !

Tellement riche que je suis un peu à la bourre pour vous en donner le compte rendu. Tellement, et tellement, et tellement de choses à raconter que ça me paralyse le clavier. Faudrait en écrire un livre !! (encore du boulot...).

Big AppleDécalage horaire pas assimilé. Du coup, levé à 6 heures comme en France -étrange horloge interne. Petit déj' avec mini-croissants et gros bagels (et grosse déception concernant ces machins-là, un brin lourdingues), et c'est reparti in ze streets of Big Apple !

Au programme dès ce petit matin : la Statue de la Liberté de près, puis Ellis Island et son Musée de l'immigration.

On pourrait se dire que la statue de la Liberté est un monument comme les autres, une étape "obligatoire" dans les visites de New York, mais à mesure que le bateau se rapproche de Liberty Island, le coeur se serre.

NY Statue

DNY Statue 2'abord parce que l'ouvrage est gigantesque (46 mètres pour la statue seule, mais plus de 90 mètres avec le socle !) et parce que son histoire et ses symboles sont forts : offerte par la France à l'occasion du centenaire de la déclaration d'indépendance des Etats-Unis, elle représente l'amitié entre les peuples, la grandiose ouverture du Nouveau Monde aux immigrants ainsi qu'indirectement le maintien de notre propre République en des temps troublés. Le sculpteur Bartholdi, s'inspirant entre autres statues du fameux Colosse de Rhodes, décrit lui-même son oeuvre ainsi dans le brevet déposé :

« Une statue représentant la Liberté éclairant le monde, qui consiste, fondamentalement en un personnage féminin drapé, avec un bras levé, portant une torche, alors que l'autre tient une tablette gravée, et avec un diadème sur la tête, en substance comme indiqué plus avant. »

Depuis 1903, le socle de "Lady Liberty" reproduit la fin d'un poème d'Emma Lazarus, "Le nouveau Colosse" :

"Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tost, to me,
I lift my lamp beside the golden door !"

"Donne-moi tes pauvres, tes exténués
Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m'apporte
De ma lumière, j'éclaire la porte d'or !"

Une histoire si riche que ce pauvre compte rendu ne suffit pas à en ébaucher le millième ! Le coup d'oeil sur Manhattan, les petites statues des personnages-phares (le mot est bien choisi) - Français NY Statue legoet Américains qui ont contribué à cette oeuvre, depuis son idée première jusqu'à son édification-, jusqu'au repos sur les bancs de fer forgé à l'ombre bienfaisante, tout vaut le coup dans cette visite sur l'île (à préférer tôt le matin pour éviter la foule des nouveaux migrants qui envahissent l'île avec des couronnes en mousse sur la tête). Nous retrouvons des représentations de la grande Dame un peu partout dans New York, jusque dans le magasin Toys R Us, en construction de Légo gigantesque !

Lady Liberty regarde vers le large, l'Europe, les bateaux apportants les migrants aux rêves idéaux. Mais c'est juste à côté que l'accueil de ces bateaux se faisait, sur Ellis Island, où un Musée de l'immigration a ouvert ses portes et nous attend à présent pour la suite de la visite.

NY ellis island


Ellis Island était une ancienne place forte militaire (comme autrefois Liberty Island), qui fut choisie pour accueillir les immigrants -et mieux les isoler- au moment où les habitants du quartier du sud de Manhattan protestaient contre les désordres occasionnés par l'afflux massif de milliers d'immigrants chaque jour. Ellis Island a servi de centre fédéral d'immigration de 1892 à 1954 : plus de 12 millions d'immigrants y furent soigneusement auscultés, observés et interrogés.

NY ellis island 2

Rénové puis ouvert à partir de 1990, après être resté à l'abandon pendant des dizaines d'années, c'est aujourd'hui un magnifique bâtiment qui perpétue la mémoire des nouveaux américains. Seuls 1 à 2 % seulement des immigrants furent refoulés -Faut dire que pour vous filer un coup de pied au train, la Beautiful Lady doit cacher sous sa robe une sacrée pointure ! L'accueil de toutes ces populations, ces familles, furent la fierté et la richesse de New York et l'Amérique.

2 ellis island 4De nombreux panneaux répartis dans de multiples salles nous expliquent toutes les procédures d'admission, depuis le premier coup d'oeil dans les files d'attente, les marquages par les médecins pour les auscultations parfois plus poussées, les questions sur les motivations, la fortune, le nom de famille, les maladies, etc.

Des témoignages émouvants en photos, en exposition d'objets, parfois en enregistrements de souvenirs de ces migrants viennent compléter avec force cette visite. NY ellis island 3Les paroles de l'un de ces migrants m'a particulièrement marqué, à propos de l'American dream de ces européens à l'espérance idéale :

"En arrivant en Amérique, je pensais que toutes les rues étaient pavées. Je m'aperçus très vite que non seulement elles ne l'étaient pas, mais qu'en plus c'était à moi de le faire..."

Après ces émotions sincères, un petit casse-croûte nous restaure, et notre journée se poursuit par une balade en bus ouvert pour nous faire parcourir la ville, version Downtown : Manhattan, Greenwich Village, Times Square, Empire State Building, Flatiron Building, Chinatown, Little Italy, Rockefeller Center, puis retour à Battery Park... avec au loin le pont de Brooklyn et ses célèbres piles de pierre...

Mais puisque nous visiterons plus en détail ces lieux et bâtiments dans les jours qui viennent, est-il bien utile d'en reproduire des photos à la va-vite ?

Allez, juste deux, pour la typicité des rues et des bâtiments :

NY Bus 1

les fameux escaliers de secours de nos séries télé !

NY Bus 2

New York, la ville du torticolis

Et pour finir, de gros bouchons (= big mayhem !) dus notamment à une visite de Barack Obama -on ne nous a pas encore communiqué l'heure de notre rendez-vous !

So long, fellows !

See you soon !