Couv Les Orties douces

Je me souviens

Je me souviens de mes grands-mères

et de ce temps des orties douces

Plus rien n'est jamais comme hier

à la va comme je te pousse

L'enfance n'est plus qu'une adresse d'autrefois

Et sans vous le printemps c'est l'hiver