fred-vargas

"Il y a trois ans, à l’occasion d’Un lieu incertain, on s’étonnait auprès de Fred Vargas de sa célérité dans l’écriture : trois semaines. Elle répondait :

«Pour l’histoire, le premier jet, oui. Mais à ce stade-là, c’est de la bouillasse. Ensuite vient "la mise en musique", qui me prend beaucoup plus de temps : correction, réécriture, je peux reprendre cinquante fois, jusqu’à la haine du livre. Avec ma sœur Jo, on appelle ça les moments où "on pousse la brouette"."

Fred Vargas (in Libération, 19 mai 2011, propos recueillis par Sabrina Champenois)