defi

Après sept jours d'un défi intense, voici donc le bilan de ma "Semaine sans Facebook" de février :

Dimanche

Vos premiers commentaires et vos réactions arrivent. Je classe tout ça dans un dossier spécial pour vous répondre dimanche prochain.

Lundi

Un jour après le début du Défi, je ne reçois plus qu'un seul message en provenance de Facebook, mais davantage de commentaires sont postés sur le blog ou sur ma boîte perso.

Mardi

Le matin, une petite sortie pour aller prendre un café (deux) avec un ami (deux) et parler un peu boulot aussi (genre le Quotidien du Milieu). Récréation agréable.

a_la_recherche_du_temps_perduLe soir, vu l'adaptation de La Recherche du temps perdu, de Marcel Proust. Malgré quelques rires involontaires (le personnage du Narrateur, aux allures maladroites, a souvent la démarche de Mister Bean, surtout quand il porte un chapeau !), un téléfilm de qualité, avec cette voix, ce style littéraire rare et bien agréable à écouter.
Quel rapport avec Facebook ?

Aucun.

Justement.

Mercredi

Phosphore_fev2011Reçu le numéro de février de Phosphore.

Un grand dossier est consacré à... Facebook !

Faudra donc que je consacre un article spécial à ce dossier.

Facebook est partout !

Jeudi

Privation_de_l_intimeTrouvé sur Internet, le livre d'un philosophe, Michaël Foessel, qui paraît très intéressant : "Depuis quelques années, les politiques nous entretiennent d'eux-mêmes, en partie pour ne plus avoir à parler de nous. De quoi ces mises en scène de l'intime, sont-elles le symptôme? La "pipolisation" n'affecte pas seulement la politique, mais l'intime lui-même qui se trouve dévalué d'être ainsi donné à voir. L'intime désigne l'ensemble des liens qui n'existent que pour autant qu'ils sont soustraits au regard social et à son jugement. Ces liens sont le support d'expériences qui, contrairement à ce que l'on dit le plus souvent, ne sont pas sans rapport avec la démocratie. La privation de l'intime est d'abord sa " privatisation ", c'est à dire sa confusion avec les propriétés du Moi. L'intime n'est pas le privé parce qu'il renvoie à des liens affectifs, amoureux, désirants où le sujet prend le risque de se perdre."

Vendredi

Reçu l'encouragement de Jac, une illustratrice sympa qui s'est penchée sur le problème de Facebook dans les familles ! C'est par ici : http://clicsdejac-bd.com/

Clics_de_Jac

Samedi

point_interrogationPetites réflexions autour de ces Défis lancés depuis la première semaine de janvier. Robert m'a parlé un jour de masochisme chrétien, de façon de se rapprocher de Dieu. Mais il ne s'agit pas pour moi de "pureté", d'ascétisme et encore moins de religion. La question essentielle qui me guide est le défi personnel : Ce truc-là, qui n'est pas vital, suis-je capable de m'en passer pendant sept jours de suite ("preuve" que j'en suis pas dépendant) ? On m'a suggéré "une semaine sans embrasser mes enfants", "une semaine sans dire Bonjour"... Mais là, on s'attaque à l'essentiel, et je ne comprends aucunement l'intérêt de me priver de l'affection de ma famille ou de la courtoisie ordinaire. Ces Défis ne me semblent intéressants que s'ils n'"attaquent" pas les autres et qu'ils ne leur nuisent pas.  

Dimanche matin

Mon bilan de la "Semaine sans Facebook" : Aucun manque... et même, une petite appréhension à l'idée de reprendre mes pérégrinations facebookiennes. Comme dit Pierre Perret, "je m'en suis désapprivoisé". Que faire ? Larguer  tout ? Heureux de retrouver quand même certains Zamis, et content aussi de renouveler bientôt l'expérience : rendez-vous le mois prochain pour la "Semaine sans Facebook" de mars.

Nouveau défi : je testerai pendant sept jours

la "Semaine Sans Café"

cafe

(Vraiment pas fastoche... Bilan dimanche prochain !)

Le Défi de la semaine s'avère nettement plus corsé que les précédents : en me levant le matin, j'en bois une tasse, puis une deuxième, puis une troisième. Au boulot à 10 heures, une tasse ; après-manger, une tasse ; aux deux récrés de l'après-midi, une tasse... sans parler des éventuels extras, si je reste à bosser à la maison...

Un_bon_caf_2Vos commentaires

et vos encouragements

sont bigrement les bienvenus !