defi

facebook_iconAprès sept jours d'un défi intense, voici donc le bilan de ma "Semaine sans Facebook" :

Lunsansdi

Vos premiers commentaires et vos réactions arrivent sur ma boîte Outlook, mais à partir de... Facebook ! Fidèle à ma promesse ("ni consultation, ni publication, ni commentaire"), je ne peux répondre à ces marques  de soutien, sauf en commentaires sur mon blog. Certains jugent le défi quasi-impossible (les accros véritables ?), et d'autres trop facile (les non-inscrits à FB !) ; d'autres encore imaginent un retrait pour cause de surcroît de travail par ailleurs, type Bac blanc à corriger, ou voient dans cette pause une volonté de "désintoxication ; rien de tout cela, même si du recul sera bénéfique.

Bilan du soir, espoir : aucun souci et pas de manque. Franchement plus facile à vivre qu'une journée sans Gros Mots !

Mardi

Exceptionnellement je passe la journée entière à la maison, sans aucune tentation d'aller surfer "pour passer le temps" ou connaître l'humeur et les activités des centaines d'"amis Facebook" que contient mon profil.

 

Mercredi

Petit constat intéressant : les messages dans ma boîte Outlook ont chuté de 90%. Ma vie sociale (tout du moins celle qui concerne les relations à distance) existerait-elle donc exclusivement sur Facebook ? A part les messages de l'ami Michel, qui connaît les excès du réseau social vedette, pas de courriel perso ni de coup de téléphone. Et pas de possibilité non plus d'écrire à mes "Amis FB", puisque je n'ai pas connaissance de leur adresse courriel. Mes contacts ont totalement clairement intégré FB comme lieu quasi-exclusif de diffusion d'info et de messagerie, instantanée ou non.

Jeudi

L'ennui avec Facebook, c'est bien sûr l'impossibilité de hiérarchiser l'information : vidéo, blague, mot gentil, vrai message se télescopent et se renvoient loin les uns des autres dans les pages précédentes. Sur le mur de notre réseau social, un clou chasse l'autre. "Un jour sans FB, mon dieu, j'ai peut-être raté une info essentielle sur mes amis !!..." Je comprends dès lors l'addiction de certains. En même temps, ailleurs, partout ailleurs, sur le Net, dans telle ou telle ville, la vie continue de se dérouler sans que je sois au courant ; on ne peut pas tout savoir, on ne peut pas tout maîtriser.

Vendredi

Je ne pense pas à Facebook (sauf pour rédiger ce petit bilan !) : son mur de vidéos, de commentaires futiles, d'infos inutiles, et je songe réellement à renouveler l'opération de la "Semaine sans Facebook" une fois par mois, en l'adaptant, probablement : pas de publication, pas de commentaire, mais possibilité de consultation des messages privés et de réponse. 

Samedi

C'est fou, j'ai l'impression d'avoir lâché Facebook depuis deux ou trois semaines ! Pendant ce temps, force m'est de constater que Facebook permet un vrai lien social entre gens éloignés : et combien aussi de vraies rencontres, de contacts maintenus ou rétablis (anciens élèves ou camarades d'une autre vie), avec des demandes qui continuent d'arriver sur ma boîte ?

Dimanche matin

La semaine est bouclée. Heureux de terminer ce compte-rendu, de répondre sur Facebook à vos messages de dimanche dernier et de la semaine.

Mon bilan de la "Semaine sans Facebook" : Facebook ne m'a pas manqué... mais vous, si, et nos relations : un mot, un coucou, un commentaire à (ou de) quelques amis. Je constate que Facebook est devenu le lieu quasi-unique où l'on se parle, où l'on s'informe les uns des autres, où l'on se donne des rendez-vous, devant tout le monde ou en privé. En gros, Facebook ressemble au bistrot  ou au square où les amis ont l'habitude de se rencontrer à la fin de la journée, ou à la machine à café où l'on se glisse un petit mot pendant la pause au boulot.

A éviter cependant, y passer un temps démesuré : ça revient à la situation du type ou de la fille qui ne rentre pas chez lui le soir, retrouvant sa bande de potes pendant que son conjoint et ses enfants l'attendent à la maison. Voilà qui est plus facile et normal pour les célibataires ! Alors, salut les Zamis, je vous fais un petit coucou de 5 minutes et je rentre chez moi !

Bilan supplémentaire : quasiment pas un seul Gros Mot de la semaine... On pourrait donc cumuler plusieurs défis ?...

Nouveau défi : je testerai pendant sept jours

la "Semaine sans alcool" !

alcool

(Fastoche ? Bilan dimanche prochain !)

haddock_alcoolVos commentaires

et vos encouragements

sont les bienvenus.