D

Vincent Delerm

Vincent_Delerm

Mais QUI m’a fait découvrir Vincent Delerm ? SoSo ? M ‘n M ? Ce dandy dont les humoristes raillent le minimalisme et la fumisterie. Quoi, ce type qui travaille, écrit, chante et vit en dilettante ?!

Apparence.

Et comme j’apprécie l’écriture de son père, Philippe (qui dans sa Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules a magnifié ces petits moments de vie ciselés d’émotions subtiles), j’aime les chansons de Vincent, impressionnistes.

Ce garçon plein d’humour n’hésite pas, comme d’autres artistes de sa génération, dits « de la nouvelle scène française », à reprendre en concert les chansons des années 70-80, à les réhabiliter lors de duos sur scène (et pas uniquement devant les caméras de télévision, dans le cadre « festif » et commercial d’émissions événementielles). Comme Gainsbourg à ses débuts, un pianiste entre rive-gauche et variété pop, entre l'art et le second degré.

(Dis, est-ce que tu picoles, Vincent ?)

A cent lieues de l’énergie de Bénabar, un peu son jumeau qui aurait bu tout le lait, laissant son frangin Vincent un peu anémique sur le sein de la nourrice : Bruno aurait joué franco avec un téton, pendant que Vincent aurait susurré ses délires à l’autre !

Dès son premier album, ses mélodies qui paraissent se ressembler, sa diction semi-chantée (ou l’inverse, si l’on préfère), tout peut agacer.

Après quelques écoutes cependant, j’ai vite été conquis par de petites tranches de vie, entre tendresse et ironie, l’humour noir de certaines situations, la nostalgie et les non-dits, le petit matin qui suit le début d’une histoire d’amour, une ancienne amoureuse qu’on retrouve dans les allées d’un zoo, les voisins de table inconnus que l'on subit lors d'un mariage, et avec qui l'on tente d’entretenir une conversation si vide et si désopilante.

J’aime ce type qu’on jugerait neurasthénique si on ne l’écoutait pas vraiment, et tellement drôle en réalité. Retournez vite écouter sa nouvelle chanson sur le site de Tôt ou Tard ! « Il fait si beau… »

Eh, Vincent, quand tu veux tu viens au lycée pour nous parler de ton écriture, je t’invite !